Naissance de Vénus, Museo Palazzo Altemps, Roma
Naissance de Vénus, Museo Palazzo Altemps, Roma

Vénus : Beauté, Amour, Plaisir !…

Et bien d’autres choses encore qui font partie des cadeaux et des promesses de ‘la plus riante et la plus lumineuse des étoiles errantes…’ ! (1)

Quel plaisir vraiment de pouvoir partager Vénus, cette image du pouvoir féminin incarné par la déesse Aphrodite des Grecs, l’Ishtar des Babyloniens et l’Inanna des Sumériens si l’on remonte jusqu’ au 3ème millénaire avant notre ère. Une belle et longue histoire… Autant Mars – l’un des nombreux amants de notre Vénus, est relativement simple et direct à présenter, autant la déesse féminine par excellence offre une multitude d’images aussi diverses que confondantes.

Compagne de la planète Mercure, la brillante Vénus tourne autour du Soleil en 225 jours (environ 8 mois). Elle n’est jamais éloignée du Soleil à plus de 48° et apparaît dans le ciel soit à son lever à l’est ou à son coucher à l’ouest. Environ tous les 18 mois, Vénus passe 44 jours en motion rétrograde.

Le dualisme de Vénus en mythologie et astrologie

Dernière enfant du couple archétypal formé par Gaia (la Terre) et Ouranos (le Ciel, l’ancêtre de tous les dieux), Aphrodite/Vénus est mise au monde par Kronos/Saturne lorsque ce dernier castre son père Ouranos et jette son membre viril dans l’Océan de Poséidon d’où apparaît notre superbe déesse surgie des flots. Ainsi née du Ciel dont la semence créatrice s’est répandue dans les flots marins, nous la connaissons sous le nom d’ Aphrodite-Ourania, c’est-à-dire ‘céleste’. Mélange de l’élément Air et de l’élément Eau, elle symbolise l’amour sacré, celui qui unit les âmes au niveau intellectuel et spirituel. (2) Dans une version plus ancienne de la naissance d’Aphrodite, elle serait le fruit des amours de Zeus et de sa toute première maîtresse, Dioné. Cette Aphrodite-Pandemos, c’est-à-dire ‘populaire’ est née de l’accouplement physique d’un homme et d’une femme, elle représente les qualités sensuelles, sexuelles et reproductives de l’amour profane. C’est aussi la protectrice des prostituées dont elle serait la prêtresse à Corinthe. Cette distinction entre amour sacré et amour profane est un des plus puissants archétypes de l’histoire de la civilisation. Les deux jouent un rôle fondamental dans le développement de l’harmonie intérieure en psychologie individuelle. (3)

En astrologie, Vénus gouverne deux signes, le signe du Taureau et le signe de la Balance. Le Taureau, signe de Terre, évoque notre Aphrodite-Pandemos, charnelle, sensuelle, hédoniste, toute remplie encore de l’instinct animal primordial tandis que la Balance, signe d’Air, évoque plutôt l’Aphrodite-Ourania, cérébrale, sociable, communicative, éventuellement plus rationnelle et sophistiquée que sa consœur. Je vous invite à méditer un instant sur votre Vénus natale, son signe, son élément, sa position et ses relations ou aspects avec les différents acteurs de votre théâtre intérieur, tout en envisageant Vénus sous ses deux aspects d’Ourania et de Pandemos afin de pouvoir bénéficier de leurs qualités respectives (raison/Culture et instinct/Nature) sans complexe aucun, mais par une prise de conscience individuelle de ces expériences des plaisirs de vivre évoqués par Vénus.

Vénus : déesse à la métis

Nous rappellerons brièvement que l’intelligence à la métis est une forme d’intelligence astucieuse qui combine la vigilance, la souplesse d’esprit, la prudence, l’imagination créative, la réceptivité, le sens de l’opportunité et autres qualités subjectives pour arriver à bon port mais aussi pour jouir du voyage. (4)
Parmi les divinités mythologiques qui agissent en recourant aux bienfaits de la métis, nous trouvons bien sûr Jupiter, dieu de la sérendipité et du moment opportun par excellence. Ensuite son fils Mercure – né des amours secrètes de Jupiter et Maia – le champion des pirouettes et de la débrouillardise, il est subtil, désinvolte, audacieux, impertinent tout autant qu’entreprenant et efficace, le fripon divin arrive toujours à ses fins. La plupart du temps c’est pour rétablir la paix et la bonne entente entre les dieux, les dieux et les hommes, et les mortels entre eux, que Mercure a recours aux entourloupettes les plus adroites. Nous rappellerons que Mars/Arès est totalement dépourvu de métis.

Il n’y a qu’une déesse qui ajoute le charme à l’intelligence astucieuse pour obtenir ce qu’elle désire. C’est à la puissance de séduction, à la beauté, à toute la magie et la volupté de l’attraction amoureuse personnifiées par Vénus que l’on doit sans aucun doute des moments de bonheur inoubliables. Moins romantique mais très précieuse pour illuminer la vie quotidienne, c’est aussi grâce à l’imagination créative que Vénus nous inspire à transformer des tâches ordinaires en des moments de bonheur tout simple. Même si le consumérisme effréné en est arrivé à empêcher la plus inspirante des déesses d’enchanter la vie, il reste possible de ralentir et de profiter des pauses que les circonstances nous imposent pour prendre le temps de vénérer Vénus  au moment présent. (5)
L’astrologie n’a-t-elle pas assigné à Vénus le signe du Taureau, qui appartient à l’élément Terre, pour nous inspirer à vivre le présent comme un Présent, autrement dit un cadeau que nous pouvons nous offrir en faisant tout avec plaisir, des tâches quotidiennes répétitives aux obligations les moins exaltantes ? De la vie la plus simple aux circonstances les plus complexes nous en appellerons à l’intelligence astucieuse de Vénus pour cultiver la résilience et l’imagination créative : lorsque on ne peut pas changer la situation, il reste la possibilité de changer notre attitude. Restons vigilants et réceptif : vénérons Vénus! (6)

Le pouvoir de Vénus

Dès l’Antiquité, une tragédie théâtrale grecque, présentée à Athènes par Euripide (en 429 avt.J-C) est on ne peut plus explicite quand à la ferme volonté d’Aphrodite de punir les orgueilleux qui la bravent en se refusant à l’expérience de l’amour. Hippolyte, fils de Thésée, dédaigne l’amour et fuit le mariage, il préfère accompagner la vierge Diane pour chasser dans la forêt. Crime de lèse-majesté à l’endroit de notre déesse de la passion amoureuse! Bien mal lui en prend, Hippolyte ne sortira pas vivant de cet affront.(7) Il est certain qu’être séduit-e, tomber amoureux-se, connaître les affres et les délices de l’amour fait peur. Mais c’est aussi le pouvoir de l’amour de nous révéler à nous-même. Embrasser Vénus en se laissant aller à la découverte de l’autre qui est aussi le miroir de soi-même, fait partie des plus belles aventures de la vie.

‘L’amour nous révèle à nous-même. Pour paraphraser une remarque célèbre de Joseph Conrad – l’homme ne se connaît lui-même qu’au moment du danger – nous pouvons affirmer qu’une personne ne connaît sa vraie nature qu’en tombant amoureuse. Et pratiquement chaque être humain fait l’expérience de la passion amoureuse au moins une fois dans sa vie. C’est à cette occasion que nos démons intérieurs montent à la surface. Si nous étudions nos comportements lorsque nous sommes amoureux, nous découvrons qu’à côté de la tendresse, de l’affection et de l’investissement émotionnel nous trouvons toujours aussi des éléments plus sombres. Afin de comprendre l’expérience amoureuse et son importance véritable, ces aspects sombres doivent être pris en considération.’

Aldo Carotenuto (8)

Vénus, ainsi que la Lune, sont les deux figures féminines du zodiaque qui évoquent des qualités yin de réceptivité. Yin, ne veut pas dire passive. Vénus sera particulièrement impliquée dans les choix que l’on fait en ce qui concerne non seulement la vie amoureuse mais tout ce qui peut rendre la vie plus belle et plus plaisante. Son signe, son élément, sa position dans le thème natal et les éventuels aspects qu’elle forme avec d’autres planètes peuvent en dire long sur notre aptitude au bonheur.

Conjonction de la Pleine Lune et d’Uranus à 8° du Taureau !

Après cette escapade dans les délices des plaisirs et de l’amour que nous offre Vénus, il nous faut terminer cette lettre sur une note nettement plus sobre, dictée par le présent. Durant ce re-confinement déclaré par les autorités à partir du 1er novembre, nous aurons bien besoin de l’inspiration des deux divinités féminines du zodiaque pour éclairer non seulement les semaines à venir mais surtout pour imaginer la manière de sauver l’avenir de notre planète Terre.
Le moment de la Pleine Lune – lorsque les deux astres du jour et de la nuit forment une opposition, signifiant l’union des opposés yin/yang, Nature/Culture, féminin/masculin etc., est le moment idéal du cycle soli-lunaire pour prendre conscience de l’état des lieux – au trois niveaux du corps, de l’ esprit et de l’âme. (9)

Uranus, image du chaos révolutionnaire mais aussi de l’éveil, de l’inventivité, de l’émancipation des vieilles structures, mène la danse de cette Pleine Lune. Uranus, l’innovateur, aspecte la Lune en Taureau, Vénus en Balance (en quinconce qui signifie la nécessité d’ajustement) et le Soleil en Scorpion – le signe qui force à explorer le fin fond des choses et à éventuellement lâcher prise pour survivre. L’axe Taureau-Scorpion est généralement considéré comme l’axe des ressources.

Vénus et la Lune symbolisent la Nature. Au début de l’année, la pandémie nous a mis en présence de la première catastrophe écologique sanitaire au niveau mondial. Une catastrophe qui a finalement atteint chaque individu d’une manière ou d’une autre. Au début de l’année, la responsabilité des humains dans la destruction systématique de notre planète, de sa flore et de sa faune, ainsi que des 4 éléments Air, Feu, Eau et Terre, pouvait se lire et s’entendre partout. Les experts de l’environnement étaient finalement écoutés. Qu’en est-il maintenant ? Prenons-nous les mesures nécessaires pour changer de cap, ou nous contentons-nous de nous débarrasser du messager trop éloquent  en inventant remèdes et autres vaccins pour le faire taire ? Que pouvons-nous faire individuellement et collectivement pour limiter – voire arrêter – le massacre de nos écosystèmes ?

Si l’on retient le premier tour du monde effectué par Magellan il y a 500 ans comme repère symbolique d’un pillage systématique par l’homme des ressources de la planète entière, nous pouvons dès à présent en tirer les conséquences. La ‘coïncidence signifiante’ entre la répétition de la conjonction Pluton/Saturne en Capricorne de 1518-20 et celle que nous venons de vivre en 2019-2020 ne fait que renforcer l’idée d’un cycle qui se termine avec la nécessité urgente de penser le monde autrement, de changer nos valeurs si nous ne voulons pas finir comme ultime victime de l’anthropocène. (10)

Nous sommes tous impliqués pour relever ce défi !…

Notes

(1) ‘N’est-ce pas à bon droit que l’on a donné à la plus riante et à la plus lumineuse des étoiles errantes le nom de Vénus, déesse de la beauté civile ?’ Gambatista Vico (1725) p.327 dans ‘Écriture Céleste’ – C. Gonze Conrad (Dervy) chapitre sur Vénus p.327 à 352 (2) La plupart de mes informations mythologiques proviennent du ‘Dictionnaire de Mythologie Grecque et Romaine’ de Jean-Claude Belfiore (Larousse, 2003)

(3) traduit de ‘Retrograde Planets, Traversing the Inner Landscape’, par Erin Sullivan – p.77 (Arkana, 1992)

(4) lire et relire le chapitre sur l’intelligence à la métis, et du kairos, p.149 à 152 dans ‘Écriture Céleste’ – probablement une des informations les plus utiles pour bénéficier d’une astrologie pro-active plutôt que passive.

(5) la racine indo-européenne de ‘vénérer’ relève, comme Vénus, du verbe ‘désirer’ (vanchati en sanskrit, wunskan en ancien allemand, wish en anglais…) p.4016 du Robert, Dictionnaire Historique de la Langue Française

(6) pour les personnes intéressées par ce concept d’imagination créative dans des situations de confinement extrême (prison) deux livres me viennent à l’esprit – l’un, récent, est celui d’Ahmet Altan, ‘Je ne reverrai plus jamais le monde’ (2019)que j’ai déjà mentionné dans la 5ème lettre sur Neptune et puis un des derniers récits de Stephen Zweig, ‘Le joueur d’échec’ (1941) Deux exemples de capacité à transformer le présent dans des situations extrêmes, pour le rendre vivable.

(7) pour lire le résumé du drame, ouvrir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Hippolyte_(Euripide)

(8) Eros & Pathos – Al di la del amore e della soferenza (Traduction de l’auteur) – Aldo Carotenuto

(9) p. 301 dans ’Écriture Céleste’, pour Le cycle des lunaisons en astrologie

(10) voir ‘Qu’est-ce que l’Anthropocène ? L’Anthropocène est une nouvelle époque géologique qui se caractérise par l’avènement des hommes comme principale force de changement sur Terre, surpassant les forces géophysiques. C’est l’âge des humains ! Celui d’un désordre planétaire inédit’. Par François Gemenne et Marine Denis – pour lire l’article complet : https://www.vie-publique.fr/parole-dexpert/271086-terre-climat-quest-ce-que-lanthropocene-ere-geologique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page